DIOCESE DE GOMA
SITE WEB DU DIOCESE DE GOMA

Cri de la Paix : Cette Insistante Réclamation de la Paix en RDC

0 79

C’est sous le thème « Le cri de la paix », religion et culture en dialogue qu’une conférence de paix a été organisée par la Communauté de Sant ’Egidio en présence de leaders religieux le mardi 1er novembre 2022 à l’hôtel Congo Uni, dans le cadre du projet interconfessionnel pour la paix à l’Est de la République Démocratique du Congo.

La paix, la prière et les pauvres étant les trois références de la communauté Sant’ Egidio, celle-ci n’est pas restée intouchable face aux graves atrocités que traverse l’Est de la République Démocratique du Congo surtout la province du Nord-Kivu qui est devenue un terrain de jeu des plusieurs maux : guerres intensifiées, déplacements massifs des populations, des pertes en vies humaines, kidnapping, massacres, etc.

Face à tous ces problèmes, cette communauté étant de l’Eglise et voulant participer à l’instauration de la paix, a organisé une prière menée sous forme d’une conférence de paix dans laquelle différents leaders religieux ont pris part et  ont présenté leurs points de vue sur la situation que traverse le Nord-Kivu. C’est dans ce même cadre qu’il y a eu des discours profonds prononcés par différents intervenants et, ont fait l’objet du jour ; notamment celui de l’Evêque de Goma, du Vice-Gouverneur de province, du Maire de la ville de Goma, le Représentant de l’Islam, le Représentant des ECC ( Eglise du Christ au Congo) ainsi que celui de la Responsable de la Communauté  de Sant ’Egidio/Goma. Au travers des discours, Mgr Willy Ngumbi, Evêque de Goma a eu l’occasion de rappeler combien chaque guerre laisse le monde pire qu’elle ne l’a trouvé et a ensuite invité tous les participants à ne pas tomber dans les pièges de la haine mais à s’aligner du côté de ceux qui cherchent la paix : « De ce fait, nous savons également que le cri de paix est souvent étouffé non seulement par la rhétorique de la guerre mais aussi par l’indifférence, par le manque d’amour entre nous. Ce cri est souvent réduit au silence par la haine qui grandit en se combattant. Mais l’invocation de la paix ne peut être réprimée ; elle monte du cœur des mères quand elles voient mourir leurs enfants. Elle s’inscrit sur les visages des réfugiés, des familles en fuite, des blessés ou des mourants et ce cri silencieux nous voulons aujourd’hui qu’il monte vers Dieu, qu’il monte au ciel. Ce cri ne connait pas de formule magique pour sortir des conflits. Ce cri, il a le sacro-saint droit de demander la paix au nom des souffrances subies et il mérite d’être écouté non pas seulement par Dieu mais par chacun et chacune de nous en commençant par les dirigeants, par tous ceux et toutes celles qui ont un pouvoir et qui peuvent influencer le cours de cette guerre pour que la paix revienne. Chaque guerre, a dit le Saint Père Pape François, laisse le monde pire qu’il ne l’a trouvé. Frères et sœurs ne nous laissons donc pas contaminés par la logique de la guerre. Ne tombons pas dans le piège de la haine, le piège de la division, le piège de la stigmatisation. Plaçons la paix au cœur de nos visions du monde et de notre pays comme objectif central de notre action tant au niveau personnel, que social, politique et religieux, à tous les niveaux voulons nous dire ». Le Vice-Gouverneur du Nord-Kivu, le Général Romuald Ekuka, à son tour a loué la belle initiative organisée par la communauté Saint ‘Egidio qui a eu ce souci de donner une réponse concrète aux violences et manifestations perpétrées au Nord-Kivu et en ville de Goma : « Je félicite la communauté Sant ’Egidio d’avoir pensé à organiser cette journée riche en couleur. Il suffirait que tous les habitants de la province du Nord- Kivu nous délaissions tous nos conflits de côté mais que nous demandions la paix au Seigneur Dieu Tout-Puissant en toute foi en laissant toutes les querelles de côté. Ce n’est pas par hasard que Dieu a créé ce pays et ce n’est pas par hasard qu’il y a une certaine République Démocratique du Congo pour que, tous ensemble, nous soyons unis à l’intérieur du périmètre de ce pays ; Ce pays que nous devons chérir, ce pays que nous devons défendre, ce pays que nous devons aimer. Quand nous ne l’aimons pas, nous trahissons notre pays ; lorsque nous conjuguons avec l’ennemi, où allons-nous ? Dieu n’est pas d’accord avec cela ». Le Représentant de la confession Islamique a confirmé que la Communauté musulmane du Nord-Kivu est préoccupée par la situation actuelle et a demandé aux fidèles et à tous les participants de rester soudés derrière les Forces Armées de la RDC et d’éviter de tomber dans les conflits intercommunautaires qui risqueraient de profiter à l’ennemi. Il est nécessaire d'envoyer un message fort d'espoir et de confiance en l'avenir. Le monde a besoin de toute urgence d'un dispositif de dialogue qui protège et affirme la paix, toujours et dans tous les contextes, a souligné Aline Minani, Responsable de la Communauté Sant’Egidio Goma. Notons que cet événement a rassemblé les attentes de paix des peuples et des cultures, à un moment marqué par le retour tragique de la guerre à l’Est de la République Démocratique du Congo. Rappelons que cette assise est la 36ème rencontre pour la paix et a été tenue pour la première fois le 27 octobre 1986, à laquelle le Pape Jean-Paul II avait invité des représentants des diverses traditions religieuses du monde. Angèle Buke  

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Show Buttons
Hide Buttons